Partenaires

CNRS
Logo Université de Strasbourg
Logo IREBS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > UMR 7242 Biotechnologie et signalisation cellulaire (Jean-Luc Galzi) > Récepteurs, protéines membranaires et innovation thérapeutique (Animation scientifique : Isabelle Schalk) > Transport membranaire bactérien (Isabelle Schalk) > Nos thématiques > Antibiotiques innovants

Antibiotiques innovants

Définition de nouvelles cibles biologiques pour des antibiotiques innovants

Pseudomonas aeruginosa et Burkholderia cepacia, bactéries à l’origine de nombreuses infections nosocomiales et d’infections létales chez les malades de la mucoviscidose, présentent de plus en plus de résistance aux antibiotiques classiques. Dans ce contexte, les voies de transport du fer sont des cibles prometteuses pour concevoir une nouvelle génération d’antibiotiques.

Partant de deux postulats, à savoir que, d’une part, le fer est un élément essentiel à la prolifération bactérienne au cours de l’infection et que, d’autre part, les systèmes de transport du fer sont à la fois efficaces et sélectifs, deux stratégies sont développées en parallèle :

  • Synthèse d’inhibiteurs des protéines impliquées dans le transport du fer. Le blocage de certaines de ces protéines inhibe le transport du fer et par conséquent inhibe la prolifération bactérienne.
  • Synthèse de conjugués sidérophore-antibiotique se comportant comme des « chevaux de Troie » capables d’utiliser les voies d’assimilation du fer pour s’introduire dans la bactérie à détruire.

Les informations, tant structurales que fonctionnelles, apportées par les biologistes de l’équipe permettent aux chimistes de concevoir, de synthétiser, puis d’optimiser ces molécules antibiotiques. En outre, chaque nouvelle protéine étudiée par les biologistes devient une cible potentielle et une source d’inspiration pour les chimistes organiciens du groupe.

 

- Retour à la page Nos thématiques