Partenaires

CNRS
Logo Université de Strasbourg
Logo IREBS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > UMR 7242 Biotechnologie et signalisation cellulaire (Jean-Luc Galzi) > Intégrité du génome et biologie tumorale (Animation scientifique : Valérie Schreiber)

Intégrité du génome et biologie tumorale (Animation scientifique : Valérie Schreiber)

Le département « Intégrité du génome et biologie tumorale » concentre ses efforts sur l’étude des mécanismes du maintien de l’intégrité du génome et du contrôle de l’expression des gènes en réponse à des agressions physiques ou biologiques.

L’étude des modifications post-traductionnelles des protéines assurant la structuration et la fonctionnalité de la chromatine (transcription, réplication, réparation) et de leurs conséquences fonctionnelles constitue une partie importante de l’activité de recherche expérimentale menée dans ce département.

La validation des protéines dans les régulations étudiées met en œuvre la génomique fonctionnelle, la biologie moléculaire et cellulaire et débouche sur des perspectives de recherche de molécules biologiquement actives.

Le département regroupe quatre équipes :

- L’équipe «  Poly(ADP-ribosyl)ation et intégrité du génome  », coanimée par Valérie SCHREIBER et Françoise DANTZER, étudie le rôle complexe d’une modification post-traductionnelle, la poly(ADP-ribosyl)ation, dans les mécanismes qui contrôlent la surveillance et le maintien de l’intégrité du génome.

- L’équipe «  Modifications post-traductionnelles et cancérogenèse  », animée par Bruno CHATTON, étudie le rôle de modifications post-traductionnelles (ubiquitinylation, SUMOylation, phosphorylation,...) dans la transcription et la réplication de l’ADN endommagé, en se focalisant plus particulièrement sur le facteur de transcription ATF7 et le facteur réplicatif PCNA. Ces recherches s’appuyent sur une banque semi-synthétique de fragments d’anticorps humains simple chaine (scFv) que l’équipe a générée et validée ; le but est de sélectionner et produire des intracorps qui cibleront spécifiquement les modifications post-traductionnelles d’ATF7 et de PCNA et qui permettront d’aborder sélectivement les fonctions et variations de chaque modification dans un contexte in cellulo/in vivo.

- L’équipe «  Oncoprotéines  » coanimée par Gilles TRAVÉ et Murielle MASSON a levé un verrou majeur dans la résolution de la structure de la protéine E6 du virus du papillome humain. Les perspectives de son travail sont l’identification des partenaires de cette protéine et la recherche de molécules thérapeutiques. Le programme associe bio-informatique, modélisation et validations expérimentales et vise à établir les nombreuses interactions intracellulaires des protéines E6 et E7.

- L’équipe «  Régulation épigénétique de l’identité cellulaire  », animée par Michaël WEBER, analyse le rôle des mécanismes épigénétiques dans la régulation génique, ainsi que dans l’établissement et/ou le maintien des identités cellulaires.