Partenaires

CNRS
Logo Université de Strasbourg
Logo IREBS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > UMR 7242 Biotechnologie et signalisation cellulaire (Jean-Luc Galzi) > Récepteurs, protéines membranaires et innovation thérapeutique (Animation scientifique : Isabelle Schalk) > RCPG, douleur et inflammation (Frédéric Simonin)

RCPG, douleur et inflammation (Frédéric Simonin)

La douleur est un problème de santé publique majeur qui réduit considérablement la qualité de vie et son traitement représente un coût élevé dans les pays développés. L’administration d’opiacés demeure le moyen le plus utilisé pour traiter les douleurs moyennes à sévères. Cependant, plusieurs effets indésirables sont associés aux traitements avec des opiacés incluant le développement de la tolérance à leurs effets analgésiques et il a été proposé que la tolérance analgésique aurait pour origine l’activation de systèmes anti-opioïdes suite à l’administration chronique d’opiacés. Ce phénomène a été appelé hyperalgésie-induite par les opiacés (HIO). Le développement d’hyperalgésie est également observé dans le cas des douleurs persistantes ou chroniques qui sont souvent résistantes aux opiacés (HIDC). Il a été proposé que ces deux types d’hyperalgésie (HIO et HIDC) pourraient présenter des mécanismes communs.

Notre équipe a pour origine la fusion des équipes de F. SIMONIN et J.-L. GALZI ayant des compétences reconnues dans le domaine des RCPG et s’intéressant plus particulièrement à des récepteurs impliqués dans la douleur et l’inflammation. Notre objectif commun est d’associer nos compétences en biologie moléculaire et cellulaire, en production et purification de protéines ainsi qu’en pharmacologie in vitro et in vivo pour étudier les mécanismes moléculaires qui sont impliqués dans le développement de l’HIO et de l’HIDC.

Nous nous focaliserons sur un nombre limité de cibles moléculaires dont l’implication dans ces phénomènes a déjà été mise en évidence (par nous et par d’autres), en particulier aux récepteurs à peptide RF-amide, à un sous-ensemble de chimiokines et à une famille de protéines prometteuses, les GASP (GPCR Associated Sorting Protein). Les résultats obtenus par notre nouvelle équipe représenteront une contribution importante à la compréhension des mécanismes responsables du développement de l’HIO et l’HIDC et l’étude de ces systèmes devrait également nous permettre de définir de nouvelles stratégies et d’identifier de nouvelles cibles pour le traitement de la douleur ainsi que des processus inflammatoires qui y sont associés.

Par ailleurs, notre équipe est l’un des membres fondateurs du Labex MEDALIS (créé en juin 2011 et coordonné par Sylviane Muller). La finalité de ce projet est la mise en place d’un centre de recherche du médicament dans le domaine du cancer et de l’inflammation. Les recherches entreprises doivent mener au développement de médicaments innovants, plus efficaces, plus ciblés, présentant moins d’effets secondaires, pour traiter les patients atteints de cancers. Les nouvelles molécules seront soit brevetées et développées dans des compagnies pharmaceutiques ou directement produites dans des start-up issues de MEDALIS.

L’équipe d’une vingtaine de personnes, animée par Frédéric Simonin, est soutenue financièrement par :